bann_videa

jeudi 4 juin 2009

Chronique d'une frontalière #16 - La convocation à l'entretien de licenciement

Comme vous le savez tous depuis un moment, je vous en parlais il y a déjà quelques semaines, ma mission au Parlement se finit bientôt (le 15 juin) et alors que j'attendais que mon commercial me trouve une nouvelle mission, je reçois le jeudi 21 mai, un coup de fil ! Sachant que le soir même, je pars en congé pour une semaine de vacances..... Je vous refais la scène en version normale... ACTION !

Driiiiing !!!!! [bon en fait il fait pas vraiment le son là, mais je sais pas faire]

La frontalière : Virginie bonjour ! [ ça varie selon l'humeur, des fois je dis que "allo"]

Mon commercial : Bonjour Virginie, comment tu vas ?

La frontalière :  ça va, ça va [avec le ton de faux-cul enjoué bien sûr !]

Le FCDC [faux-cul de commercial] : Tu avais rendez-vous à l'agence à 15h !!! Tu ne viens pas ?

La frontalière :  Rdv ? Euh, j'ai pas reçu de mail... [Aurait-il une nouvelle mission pour moi ?]

Le FCDC : Ah, attends, je vais me renseigner, je te rappelle dans 2 minutes.

Clic [ça c'est qd je raccroche le téléphone]

Driiiiing !!!!!

La frontalière : Oui allo ?

LeFCDC : C'est ***, alors tu aurais dû recevoir une lettre...

La frontalière :  Une lettre ?

Le FCDC : Oui, tu n'as rien reçu ?

La frontalière :  Euh, bah non...

LeFCDC : Nous avons ta bonne adresse ?

La frontalière : Oui, je reçois mes fiches de paye ! Mais c'est à quel propos ?

Le FCDC : Bah tu vois, une lettre.... [cherche ses mots]

La frontalière : C'est bon, te casses pas j'ai compris [merde, j'aurais dû le laisser se dépatouiller tout seul pour me l'annoncer !]

Le FCDC : Bien, tu avais rendez-vous à 15h... [nota : il est 15h23] Est-ce que c'est possible que tu viennes maintenant ?

La frontalière :  Maintenant tout de suite ?

LeFCDC : Oui

La frontalière : Bien, laisse moi le temps d'envoyer les maquettes qui doivent partir avant mes congés. Je peux être là pour 16h30, car tu peux comprendre que je ne reviendrais pas au bureau après ça.

Le FCDC : Oui, oui je comprends. On t'attends

Clac [ça c'est qd je raccroche le téléphone un peu + énervée et désapointée]

oOo

Ces cons ont envoyé la lettre de convocation à l'entretien de licenciement à Manom !! Cela fait 2 ans que nous avons quitté cet appartement et depuis, nous avons déménagé 2 fois !! Sont trop forts !!!

La frontalière se retrouve sur le rang des licenciés pour la Criiiizzzz mais ne dit pas son dernier mot ! Vous connaîtrez la suite au prochain épisode ! Car la frontalière a été chercher sa lettre de licenciement en rentrant de vacances et ya de quoi tchatcher !

colette_t_shirt_la_crise_femme_459x345

Posté par v_idea à 11:56 - Chronique d'une frontalière - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    Juriste en droit social bonjour! N'hésite pas!!!

    Posté par elsa, jeudi 4 juin 2009 à 14:28
  • D'ailleurs au passage, t'embetes mm pas avec ta lettre, la procédure de ton licenciement est cuite!

    Posté par elsa, jeudi 4 juin 2009 à 14:31
  • sont vraiment trop c...

    c'est bon à savoir çà Elsa ....

    Posté par Maryse, jeudi 4 juin 2009 à 14:45
  • bah dis donc, c'est des champions dans ta boîte!!! je vois que ce n'est pas réservé à l'inspection académique et autres administrations....(mais quand même mention spécial à l'inspection académique du maine et loire...) j'ai hâte de connaître la suite!

    Posté par margotteauxpomme, jeudi 4 juin 2009 à 15:50
  • pffff qu'ils sont nuls !!
    allez, Vidgie power !!!!

    Posté par Bénédicte, jeudi 4 juin 2009 à 21:11
  • Merde!
    Tu vas rebondir j'en suis sûre aussi, bises!!!!

    Posté par ledeclic, mardi 9 juin 2009 à 12:29
  • J'en connais une pas mal non plus : le frontalier placé chez un client... qui prend quelques jours en urgence pour raison personnelle en prévenant le client mais en oubliant de prévenir la boite.
    Son commercial se pointe chez le client le dernier jour de la semaine pour le voir par surprise... Et tadaam : bin le frontalier n'est pas là pour apprendre qu'il arrête de bosser chez le client. Le commercial galère alors pour trouver le numéro perso du frontalier pour lui dire de ne pas revenir le lundi chez le client. Et lui a du récupérer ses affaires via un collègue. Sympa dans le genre aussi !
    La fin de l'histoire : le mardi suivant, il était licencié.

    Posté par Aurore, jeudi 11 juin 2009 à 11:23

Poster un commentaire